samedi 13 juin 2009

L'iconologie met la tête dans la représentation


Ceci n'est pas une note de lecture... cependant, je me permets quelques réserves sur un livre qui fera certainement son chemin dans la sémiotique française dominante. Ceci est donc une mise en garde contre un académisme qui va ripoliner la sémiotique fatiguée...

Les visual studies[1] sont représentées exemplairement par les travaux de W.J.Y. Mitchell qui plus qu’à l’interdisciplinarité préfère « l’indiscipline[2]». L’auteur d’Iconologie « plaide en faveur d’un relativisme strict et rigoureux considérant le savoir comme une production sociale, comme un dialogue entre différentes versions du monde, différentes langues, différentes idéologies et différents modes de représentation[3] ». Outre le refrain bien connu du "dialogue" qui nous refait le coup "post-moderne" du "mélange" pour nous faire perdre le corps et le sujet avec - significatif que ces études ignorent quelque étude d'oeuvre que ce soit, Mitchell rapporte de plus l’ensemble des pratiques concernées par ces visual studies à « tout un éventail de pratiques représentationnelles[4] ». Il pose comme fondement de ces pratiques la distinction dualiste entre picture et image qui rappelle très explicitement la théorie du signe de Charles Sanders Pierce même si la visée relationnelle de l’image semble l’en écarter… pour toujours y revenir quand, par exemple, il note que les « métaphores réversibles et fondatrices correspondent à ce que George Lakoff et Mark Johnson appellent ‘les métaphores au travers desquelles nous vivons’ (metaphors we live by) ». Et il poursuit en précisant qu’« elles ne forment pas uniquement des ornements discursifs mais des analogies structurantes qui marquent des épistémès entières[5] ». Mais même élevées au niveau épistémologique, les « ornements discursifs » que seraient les « images » restent des signes et donc tout le dispositif de Mitchell renforce la métaphysique du signe-absence et du signe-unité[6]. Ce n’est pas en effet la « polyvalence – comme objet du monde, comme représentation, comme outil analytique, comme dispositif rhétorique, comme figure » de « l’image dialectique[7] », qui peut répondre à ce que les œuvres nous font aujourd’hui comme hier[8], c'est la force discursive qui engage alors du sujet, toujours plus de sujet et j'ajouterais, du sujet-relation, de celui qui ne cesse de continuer une énonciation, de la relancer, de la laisser agir dans et par ce que Péguy appelait une "remémoration organique". Bref, à l'iconologie de Mitchell, il manque cruellement une poétique comme attention à la relation qu'engagent les oeuvres d'art, y compris celles que la culture ne reconnaît pas comme telles.


[1] La meilleure introduction à une histoire de cette discipline : James Elkins, Visual Studies : A Skeptical Introduction, New York, Routledge, 2003.

[2] W.J.Y. Mitchell, Iconologie. Image, texte, idéologie (1986), Les Prairies ordinaires, 2009.

[3] Ibid., p. 16.

[4] Ibid., p. 20.

[5] Ibid., p. 25.

[6] La dernière phrase de son livre est explicite à ce sujet : « Ce livre aura exploité le […] modèle […] de la conversion et de la réconciliation, et en aura fait sa perspective première : pour que notre amour et notre haine des ‘images’ s’opposent dans la dialectique de l’iconologie » (ibid., p. 313). Conversion et réconciliation assurent le signe-unité et dialectique le signe-absence… Pour une critique fort ancienne de Pierce et du signisme, je renvoie à H. Meschonnic, Le Signe et le poème (Gallimard, 1975). Aussi je m’étonne de voir entonner le refrain habituel répété par François Cusset concernant « le paysage intellectuel français » qui « tourne obstinément le dos au reste du monde depuis plus d’un quart de siècle » (French Theory, La Découverte, Paris, 2005, p. 323), non qu’il ait tort (on ne dira jamais assez la frilosité de l’université française à sortir de ses habitudes épistémologiques) mais parce qu’il devrait aussi appliquer ce constat au paysage intellectuel américain (USA) qui ne connaît que Derrida et Foucault ignorant, par exemple, Benveniste et Meschonnic… Le paysage est toujours divers et conflictuel…

[7] Ibid., p. 309.

[8] Les désignations sont d’ailleurs toujours aussi trompeuses : dire, par exemple, « tableau » (ou « livre » ou « scène » ou…) c’est oublier tout ce qui participe de l’œuvre : mise en vue mais aussi mise en scène et en condition – d’aucuns diraient en réception si je ne concevais qu’il ne s’agit pas de réception mais de co-énonciation. Une œuvre est œuvre si elle engage de la continuer exactement comme un lecteur continue un poème quand il est un poème puisqu’il ne l’actualise pas seulement, il le réalise, le met en activité . Un poème est un poème (un tableau…) s’il ne cesse d’agir sur tous les discours et donc les corps, les subjectivations les plus variées… En cela, les thèses représentationnistes de Mitchell ne peuvent rendre compte de cette activité puisqu’elles obligent à se défaire de l’activité pour trouver une origine, une source, un modèle, une vérité, que sais-je ? Le vieux réalisme défait alors le nominalisme que Mitchell a cru promouvoir pour laisser souvent la place à une rhétorique certes relativiste des "images" mais toujours aussi certaine dans sa croyance que ce sont les noms qui nous manquent (illusion logicienne) quand c'est le regard, l'écoute, l'écriture.

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Commentaire sans queue ni tête dont on ne saisit pas la critique. Mitchell est très loin de vouloir remettre sur la trône la vieille sémiotique. Au contraire, ses travaux visent à faire ressortir le sens (social, politique, esthétique, commun) en tant qu'il prend forme sur la base d'une dialectique fondamentale, celle de discours ET de l'image. Bien sûr, il faudrait aussi aller lire ses livres Picture Theory (1994) et What do pictures want? (2005) pour saisir toute la teneur de sa pensée. On peut déjà être content qu'enfin son Iconologie soit parue en français! Ne serait-ce que pour contrer les néo-kantismes aveugles qui nous ruminent Panofsky en long en large (avec tout le respect qu'il se doit pour Panofsky, que l'on devrait toutefois chercher à lire différemment aujourd'hui). En outre, Iconologie ne manque peut-être pas d'une "poétique", bien au contraire. Mais encore faudrait-il se mettre d'accord sur ce que l'on entend par poétique... et sur le point par lequel on approche la question. L'Iconologie de W.J.T. Mitchell peut-être dite "poétique" de bout en bout. Que fait-il d'autre lorsqu'il décèle les "images" qui hantent le marxisme, sinon montrer qu'un savoir ne saurait être positif, objectif, et que le marxisme scientifique emporte avec lui, qu'il le veuille ou non, sa part d'ombre, qui en fait n'est pas une ombre, mais une projection, celle de la camera obscura, ou celle de la poétique en ses confins mêmes. Le commentaire de notre blogger semble lui aussi, dans sa part d'ombre, impliquer une forme d'a priori: il envisage, bien qu'il ne le dise pas, mais nous le savons bien, la science et la poétique comme deux territoires exclusifs. Mitchell, lui, nous apprend à ne plus suivre cette voie.

Serge Martin a dit…

"Sans queue ni tête" est de Baudelaire et ça fait chaud au coeur d'être ainsi considéré! Merci, grand merci à l'anonyme qui vient défendre la vieille sémiotique en faisant passer le blogger pour un défenseur de Panofsky et de Marx.. Avec tout le respect que l'anonyme leur doit: on voit que sa critique veut rester consensuelle avec l'histoire des idées en progrès bien entendu puisqu'il a la science au coeur de sa poétique... qui s'aveugle dans son dualisme scientiste ("discours et image"): ce n'est pas le blogger qui ne voit pas les images mais bien l'anonyme qui ne voit pas que les images sont des discours et donc que le point de vue discontinuiste ne peut rendre compte poétiquement de ce que font les images puisqu'il reste sourd à ce que font les images en discours et pas seulement (ça c'est Panofski) le discours des images... mais Mitchell a trouvé son petit sémioticien de service... vive la science des aveugles: l'iconologie qui rend sourd au poème!!!!

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Serge Martin a dit…

Dorénavant, je ne réponds plus aux messages anonymes: qu'on ose la critique! d'autant que je déteste les donneurs de leçon: comment m'accuser de n'avoir lu les premières pages parce que je limite mes remarques à quelques prises sur le début du livre qui concentre en effet la thèse de Mitchell...
Passons à la critique avec ceux qui critiquent!